Expositions

Céladon

Du 21 mai au 1 octobre 2017

Claude Champy et Jean-François Fouilhoux présentent leurs œuvres sur le thème du céladon, célèbre glaçure chinoise.

Céladon

Morceaux d’océan, écriture de givre


Il y a plusieurs millions d’années, le lieu qu’occupe aujourd’hui Saint-Avit était recouvert par les océans. Après le retrait des eaux, au fil des millénaires, la terre ferme a repris ses droits et le temps a modelé le paysage que nous apprécions tant aujourd’hui. Il a aussi donné les couleurs à notre regard, l’ocre rosé des pierres, parfois le rouge du minerai de fer et les verts multiples de la végétation.

En cet été 2017, le musée Bernard Palissy a, semble-t-il, redécouvert des morceaux d’océan et les offre aux yeux admiratifs des visiteurs.

Ces « morceaux d’eau », par définition insaisissables, Claude Champy a su les recueillir dans ses mains d’artiste pour les transformer en falaises griffées par les vagues, en stèles dressées comme autant de rochers prêtant leur dureté à la tempête, en carapace animale polie par les marées, en lames acérées comme des brise-lames ou en bols, souvenirs pétrifiés du volume d’eau contenu dans les mains ouvertes. S’il a solidifié le liquide pour le rendre palpable, Claude Champy a aussi réussi un de ces tours d’alchimie dont seuls les céramistes ont le secret : capter la transparence et la fixer dans la masse pour rendre à la matière les reflets et la fluidité de l’océan.

Chez Jean-François Fouilhoux, la fluidité trouve sa naissance à la fois dans la forme et dans la matière. Ses arabesques élancées dessinent des vagues sauvages, des envols d’oiseaux ou le souffle des vents. Dépouillement de la ligne ; fécondité de l’imaginaire. Ses sculptures, nées d’un geste instinctif et précis, élancent leurs formes épurées à la conquête de l’immensité céleste, cisèlent quelque animal fantasmagorique, plantent des arbres aux troncs ondoyants. Immédiateté de l’action longuement pensée ; éternité de l’émotion. Ses céladons coulent sur ses sculptures comme le sable sous les doigts, comme la vague sur le sable, comme la lumière sur la vague. Vert tendres de jeunes pousses, bleus de ciel, gris de nuages, ils épousent les reliefs de l’argile et suggèrent les formes sans ne jamais les imposer. Écriture de givre, ils en dévoilent l’infini du rêve.

Merci infiniment à Claude et à Jean-François qui ont eu l’extrême gentillesse de prêter leurs pièces au musée Bernard Palissy. Merci à Philippe Doherty, artiste – peintre et ami des deux céramistes, qui nous a permis de les réunir à Saint-Avit.

Michel Debiard
Président de l’Association des Amis
du Musée Bernard Palissy

© Crédit photo exposition Céladon - Claude Champy, Jean-François Fouilhoux : Céline Domingie

Contact

Où nous trouver ?

Vous souhaitez nous contacter ?